L’Union européenne envisage d’utiliser des preuves de connaissance zéro pour les identités numériques

thecrypto
3 Min Read

La proposition d’utiliser des preuves à connaissance zéro approuvée par le comité de l’UE pourrait faire partie de la législation actualisée.

Alors que l’Union européenne met en œuvre une réglementation stricte en matière de protection des données, le projet de monnaie numérique de la banque centrale (CBDC) n’a pas les normes d’anonymat des crypto-monnaies privées.

L’UE franchit une étape cruciale dans le domaine de l’identité numérique

La semaine dernière, les législateurs de l’UE ont fait un pas essentiel vers l’adoption de la vie privée dans le domaine de l’identité numérique des citoyens. Le 9 février, la commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie a inclus une norme de preuve de connaissance zéro dans ses amendements au cadre européen de l’identité numérique (eID). Cette évolution a été adoptée par 55 voix contre 8 au sein de la commission. Le projet va maintenant passer à la phase tripartite des négociations.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40

Bien que le dernier projet ne soit pas encore disponible publiquement, le communiqué de presse indique que les citoyens de l’UE auront un contrôle total sur leurs données et la possibilité de décider quelles informations sont partagées avec qui, expliquant : « La nouvelle identité électronique permettra aux citoyens de s’identifier et de s’authentifier par le biais du portefeuille européen d’identité numérique sans avoir à recourir à des fournisseurs commerciaux comme c’est le cas aujourd’hui. Il s’agit d’une application qui soulève des problèmes de confiance, de sécurité et de confidentialité. »

Les preuves de connaissance zéro ont récemment retenu l’attention des chercheurs comme moyen possible de garantir la conformité juridique et la confidentialité des monnaies numériques.

Un document conjoint de la Mina Foundation, basée à San Francisco, qui fournit le protocole Mina, de la Hauck Aufhauser Lampe Bank (Allemagne) et de l’université du Luxembourg a montré comment la sécurité interdisciplinaire, la fiabilité et la preuve à zéro connaissance pouvaient être entièrement connectées au système européen d’identité électronique eIDAS.

Cependant, tout le monde n’est pas convaincu par cette solution. Écrivant pour Cointelegraph, Balazs Nemethi, PDG de Veri Labs et cofondateur de kycDAO, a affirmé qu’il est conseillé de s’appuyer uniquement sur des solutions hors chaîne lorsque les preuves seules sont insuffisantes et que le partage d’informations personnelles entre les participants à une transaction est nécessaire. Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Share This Article
Leave a comment

Laisser un commentaire